Warning: Declaration of Suffusion_MM_Walker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /home/kamiloka/kamipress.kamiloka.com/wp-content/themes/suffusion/library/suffusion-walkers.php on line 0
Juin 292006
 
Plate-forme : ps3
Editeur : Rockstar
Année : 2011

Il n’est pas rare de jouer à un jeu, en étant un policier, cependant il est assez rare, depuis l’avènement des consoles de nouvelles générations, de ne pas être qu’un flic qui se contente de tirer sur tout ce qui bouge.

De là, L.A Noire sort du lot. Le but de ce jeu est de renvoyé les joueurs aux premiers âges du roman policier. Pour progresser dans le jeu, il faut résoudre des enquêtes, mener des interrogatoires, et bien sûr collecter des indices.

Dans L.A Noire, nous sommes Cole Phelps, revenu d’Asie, où il combattait les Japonais sur l’île d’Okinawa, en tant qu’officier des forces armées américaine.
De retour à Los Angeles, il s’engage dans la police locale, le L.A.P.D, désireux de continuer à travailler pour son pays.

La mise en scène est soignée, et se noie avec aisance dans une ambiance noire s’accordant parfaitement au genre.

Le cadre est en place, le jeu commence.


Les enquêtes offrent chacune un contexte différent, au début Cole Phelps, est un policier en uniforme, cette première étape nous sert de tutorial, puis pour en signer la fin, nous devenons inspecteur de police chargé de résoudre des enquêtes plus complexes.

Pour mener à bien les enquêtes, il faut d’abord récolter des indices pertinents. Pour ce faire, et afin de ne pas passer des heures et des heures à fouiller des pièces entières, les développeurs ont trouvé un système qui guide le joueur vers les indices. A proximité d’objets qui peuvent être utiles à l’enquête, une musique singulière nous invite à une meilleure fouille.

Ensuite, il faut interroger les témoins, les suspects et les victimes. C’est à ce moment là qu’entre en scène la fameuse technologie appelée Motion Scan. Cette nouveauté permet de modéliser le visage humain afin d’apporter plus de profondeur et plus d’authenticité aux personnages rencontrés. Aussi, il plus aisé, pour ne pas dire très facile, d’analyser les réponses, de déceler les mensonges, ou encore de renforcer certains angles de recherches. L’importance des indices est telle, que lors des interrogatoires, afin de contrer ou de lutter contre les éventuels mensonges, la présentation des indices permet souvent de faire éclater la vérité. Aussi ne pas avoir connaissance de certains indices, ne permet donc pas d’obtenir d’aveu direct. Malgré cela, la fin de chaque enquête ce boucle presque toujours par un succès. Il est en effet rare de « rater » une enquête. L’impossibilité de reposer une question que nous aurions mal interprétée, nous éloigne de la réalité des interrogatoires, mais est nécessaire pour l’intérêt du jeu.

Toutes les enquêtes ce suivent de façon coordonnée, et offre toutes une intrigue de qualité.
La trame de fond, le mythe de la Californie des années 40, le rêve américain sert de support. Ainsi donc, nous avons droit à des sinistres affaires de meurtre, des détournements de fond, des arnaques à l’assurance, et bien sur des affaires liées à des trafics de drogue orchestrées par le crime organisé.

En plus de cela, il y a également des scènes d’action. Il est clair que L.A Noire n’est pas un jeu d’action, mais s’inscrit plus dans la lignée des jeux d’aventures au rythme lent. Parmi les scènes d’actions, on retrouve là, tout ce qui entoure les classiques du polar, puisque nous avons des fusillades, des bagarres, des courses-poursuites en voiture et à pied, et certaines séquences plus acrobatiques (éviter de se faire écraser par un chauffard, fuir un immeuble qui s’écroule).

Les lacunes techniques du jeu viennent encombrer ces moments-là. La qualité visuelle du jeu est moyenne, et certaines textures sont mauvaises. La conduite du personnage, rend certaines séquences assez irritantes. Également gênant, toujours concernant les scènes d’action, le manque de rythme et d’intensité. Les fusillades sont bien souvent molles. Conduire une voiture dans L.A Noire peut vite s’avérer être une mauvaise idée.

L.A Noire n’est pas un jeu d’action, mais clairement un jeu d’aventure. La linéarité du jeu nous rappelle bien, que le jeu se veut être dirigiste parce qu’il y a une histoire à raconter.

Au final, L.A Noire est un bon jeu qui mérite le détour. Les amateurs de romans policier, et autre thrillers trouveront largement leur compte. Il en va de même pour ceux qui veulent sortir, le temps d’un jeu, hors de l’habituelle cuvée vidéo-ludique moderne.

Note : 14/20

Sorry, the comment form is closed at this time.