Warning: Declaration of Suffusion_MM_Walker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /home/kamiloka/kamipress.kamiloka.com/wp-content/themes/suffusion/library/suffusion-walkers.php on line 0
Mar 292009
 

Il est dimanche, il fait beau, mais je vais faire une critique de Dead Space, alors qu’en plus, je n’y ai même pas joué. Avec Shiva, on a décidé de faire la critique du jeu auquel chacun de nous a vu jouer (vu et entendu) l’autre. Donc c’est lui qui vous fera la critique de Tomb Raider : Underworld.

Présentation du concept -stupide- faite, passons au jeu lui-même. D’abord, la jaquette.

Image
(bon, c’est la jaquette 360, c’est la première que j’ai trouvée)

En observant la jaquette, on a un petit aperçu de ce qui nous attend dans le jeu, il ne sera pas question de simulation de train, ou de jeu de stratégie subtil, ou de Barbie, c’est un survival horror. Et bien bourrin avec ça : il va falloir démembrer vos ennemis, tant qu’à faire, autant faire soft et de bon goût. Et en observant le titre, en plus d’une confirmation de la joyeuse impression de la jaquette, on a un deuxième indice, tout ça se passe dans l’espace (là où il y a des méchants -mes félicitations à ceux qui auront compris la référence).

Cependant, si le jeu s’annonce comme quelque chose qui tient plus du jeu d’action que du jeu où on se balade 3 plombes dans un manoir pour trouver deux zombies et une mouche mutante qui s’est trompée de scène de tournage, le côté survival n’en est pas moins présent, en témoignent les fois où j’ai entendu Shiva brailler : « Barre-toi! Barre-toi! BARRE-TOI » ou autres plaintes sur le manque de munition/ d’item de soin/ autre chose destinée à la survie en milieu très hostile. Pas question de faire du headshot et d’avancer gaiement fusil à la main. De toute façon, le headshot ne fonctionne pas, il faut découper, ça prend plus de temps et ça consomme plus de munitions et comme ça prend plus de temps, d’autres ennemis peuvent se ruer sur vous et vous tronçonner joyeusement aussi.

Car parmi les choses qui vous seront hostiles, vous aurez d’abord vos ennemis (dont on ne sait pas très bien parfois dans quel sens ils doivent être regardés) :

Image Image

Mais aussi l’environnement ne joue pas toujours en votre faveur, entre les escapades à l’extérieur du vaisseau, donc sans air , les passages dangereux, les ennemis ne sont parfois là que pour empirer la situation, ce qui peut, je l’ai constaté, engendrer quelques crises d’hystérie, genre « NOOOOOOOOOOON! » ou « AAAAAAAH!! », voire même « Maman!! », dans les cas les plus désespérés. Et s’il n’y avait que ça, vos compagnons n’ont pas l’air très sains non plus, et vous envoient à droite, à gauche, sans trop considérer le fait que vous risquez votre peau. Et Isaac (oui, c’est le nom du perso) est probablement encore plus con, parce qu’il obéit en tous points.

Le jeu, bien que très linéaire (vous allez en A puis en B, puis en C, pas question de changer l’ordre du cheminement), est extrêmement sympathique, et rappelle assez Aliens (plus qu’Event Horizon finalement) par son côté très péchu et certains aspects de son intrigue. Le scénario est assez bien fait, tient bien la route et en haleine, accessoirement : qu’est-ce qui va pouvoir encore arriver à ce pauvre Isaac, qui décidément n’a pas de chance (un peu comme le pauvre gars qui a survécu aux deux bombes atomiques) ?

Autres points forts du jeu : l’ambiance visuelle et sonore. Les graphismes ne sont pas extraordinaires mais sont parfaits pour le jeu, les monstres sont parfois bien gores, les décors sont bien rendus. Par contre, l’ambiance sonore est, elle, carrément extraordinaire, avec un casque sur la tête, c’est absolument génial, que ce soit les bruitages ou la musique, assez discrète, mais qui remplit bien son office de « créatrice de pression », vous ne savez guère d’où peut venir le danger…

L’animation est sympa, Isaac est lourdaud, mais bon, ça colle à son côté bourrin.

Le jeu était sympa à regarder et écouter (je n’ai pas pu y jouer, je peux pas jouer sur clavier, Mass Effect passe encore mais là, la configuration des touches était vraiment trop peu pratique pour moi, dommage). Je pense qu’il doit encore plus sympa à jouer. En plus la durée de vie (en normal en tout cas) est assez conséquente, je dirai une quinzaine d’heures, donc ça vaut le coup.

Seul point noir, et de taille, si vous jouez sur ordi, pensez à vérifier la compatibilité avec votre carte graphique, parce que sinon, bonjour les écrans bleus de la mort… sinon, RAS, un bon jeu, qui apporte son lot d’innovations à un genre qui commence à être éculé, et déjà, c’est pas rien.

Note globale de la spectatrice : 18/20 (bah oui, ça aurait été plus logique, que même démembrés, les ennemis restent vivants).

PS : sur PC je jeu se joue très bien avec le paddle 360.

Sorry, the comment form is closed at this time.