Warning: Declaration of Suffusion_MM_Walker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /home/kamiloka/kamipress.kamiloka.com/wp-content/themes/suffusion/library/suffusion-walkers.php on line 0
Avr 162009
 

Alors, qu’en dire ?

Tout d’abord, l’histoire qui est une refonte de la Petite Sirène, est sympa, si ce n’est des éléments de scénario qui ne servent absolument à rien, et qui sont en plus, ridicules, mais bon, comme ça ne se voit pas trop, ce n’est pas plus dérangeant que ça. C’est simple, et c’est mignon, je crois que pour une fois ça fait du bien, depuis Totoro et Kiki, Miyazaki s’était un peu enfermé dans le « film à message bien visible » comme si les leçons de Nausicaä et de Laputa n’avaient pas suffi (évidemment, y’a un message écolo -qu’est-ce que vous voulez, on ne se refait pas- mais asséné de façon moins pompeuse et moins lourde que dans Chihiro) et que du coup, il avait tendance à se répéter (oui, on a compris que la guerre et la pollution c’est mal).

Visuellement, c’est parfois limite moche (Ponyo mi-humaine mi poisson stade 2 ressemble à une vilaine poule), en tout cas, les décors sont clairement moins soignés que dans les autres Miyazaki, ça fait bizarre, il y a quelques belles scènes, mais on est très loin du niveau esthétique de Mononoke ou Chihiro. Il y a un côté « fait main » qui sonne presque faux tant il est marqué mais c’est joli quand même, c’est coloré, et certains décors demeurent vraiment sympa. L’animation n’est pas non plus au top. Techniquement parlant, on dirait presque pas un Miyazaki.

Le bon (et mauvais, vous comprendrez après) point, c’est que Joe Hisaishi a essayé de se renouveler lui aussi, au bout de 20 ans qu’il nous sort les mêmes thèmes musicaux, sauf que ça tombe parfois à l’eau, les vieux mécanismes ressortent, ou même on a une quasi reprise de Wagner à un moment (la Chevauchée des Walkyries, je crois), ce qui fait un poil désordre.

Le vrai point fort du film, c’est l’ôde à la mer et le côté dépaysant, c’est vraiment agréable, on a presque l’impression de sentir l’iode. C’est à ce niveau que la magie opère, principalement, l’idylle (de toute façon pas crédible) entre les deux petits m’a parue presque accessoire.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)