Warning: Declaration of Suffusion_MM_Walker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /home/kamiloka/kamipress.kamiloka.com/wp-content/themes/suffusion/library/suffusion-walkers.php on line 0
Nov 072009
 

date de sortie : sept 2009
plateformes : Pc ps3 xbox 360

Capcom soucieux de surfer sur le succès de sa saga culte nous à pondu cette année une suite très attendue qui mérite un petit décorticage. Dans la ligné du précédent opus, ce titre conservera toutes les innovations de son prédécesseur qui ont tant fait polémique. Alors quel verdict pour ce nouveau titre?

La version Pc à été booster par rapport à la version console qui était déjà d’un point de vue graphismes au top niveau. Le grain est affiné et les effets de lumières plus judicieux encore. Et c’est bien là le gros point fort du jeu, une qualité d’image jamais atteinte ! Si bien sur on fait exception de la modélisation des personnages peu convaincante… Chris fait vraiment ramassé par exemple. Nous avons donc le droit à une tripotées de monstres hideux qui suivent l’exacte conception des ennemis du 4. Mais en relief si vous avez les moyens d’acheter la technologie Nvidia 3D vision.

Chris Redfield est désormais membre du BSAA, bureau international luttant contre le bio terrorisme. C’est ainsi qu’il rencontre Sheiva, membre également de ce bureau mais en Afrique. Ayant perdu sa partenaire, Jill Valentin, alors qu’ils tentaient de capturer Wesker, Chris doit faire confiance à cette nouvelle venue afin de lutter contre un groupe local Tricell.

C’est ainsi que sont remis au gout du jour les plaggas mais dans une version plus exotique ce qui fit scandale au début du développement du jeu.

Que ca soit avec le clavier ou la manette xbox, le jeu se prend finalement assez aisément en main, et malgré les similitudes avec le quatre, il parvient à trouver sa propre marque en s’inscrivant dans une démarche dynamique. La linéarité scénaristique qui ennuyait avec Léon, à été brisé ici par des insertions de cinématiques renversant la situation de départ. L’isolement des protagonistes est donc ménagé, ce qui rend le jeu plus crédible. La gestion du partenaire est comparable à celle des Outbreak, ce qui implique les mêmes failles : Sheiva se comporte souvent comme un véritable boulet ! De quoi vous énervé facilement… Mais cela permet de doubler votre inventaire.

On a plaisir cependant à jouer à un jeu plus abouti que le 4, avec un scénario plus évident et fin, qui choisi la continuité avec les premiers épisodes, afin de de donner une logique, un sens à la distillation qu’a provoquée l’accumulation d’épisodes médiocres.

En somme RE5 ne marque pas un tournant dans la série et ne peut pas prétendre offrir une situation stressante comme Dead space. Mais il fait le choix d’assumer l’action afin d’offrir des situations où votre attention et votre adresse seront mis à l’épreuve. Simple jeu d’action horrifique, il corrige les égarement du précédent volet qui n’avait de résident evil que le nom. Sans être un monument, c’est un jeu correct et travaillé qui est ici à votre porté.

Évaluation

Graphisme 20/20
Musiques 14/20
Fun 17/20
Intérêt 16/20
Note globale : 16/20

Sorry, the comment form is closed at this time.