Warning: Declaration of Suffusion_MM_Walker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /home/kamiloka/kamipress.kamiloka.com/wp-content/themes/suffusion/library/suffusion-walkers.php on line 0
Jan 032010
 

Visionner l'image
Il n’est pas rare de voir depuis le succès du roman de Dan Brown Da Vinci Code, la prolifération des livres, bandes dessinées sur le même thème. Le jeu vidéo à donc tout simplement suivit le chemin avec Assassin’s Creed, que nous pouvons rebaptiser Da Vinci Creed.

En pleine Renaissance au cœur de l’Italie, les membres de la famille Auditore di Firenze vont connaître une tragédie. Ezio Auditore voit ses deux frères et son père se faire assassiner. C’est donc le cœur remplie de vengeance que notre jeune héros de 17 ans commence son aventure et ouvre le deuxième chapitre de la saga des Assassin’s Creed.
Visionner l'image
L’histoire débute dans la belle cité de Florence, Ezio, sa sœur, et sa mère seul rescapés, se cachent dans une maison close et apprend de la part de la patronne les méthodes de filature, enseignement qui se poursuivra tout au long de l’aventure grâce à l’intervention de plusieurs personnages. L’histoire de ce jeu ne se déroule pas sur quelques jours, mais sur plus de 15 ans ! Ainsi du jeune homme insouciant du début, on assiste à l’évolution du personnage jusqu’à l’âge adulte. Évolution cependant trop stérile et peu convaincante, en effet les techniques que Ezio développe au cours de l’aventure ne sont pas particulièrement intéressante. De plus il aurait été favorable de voir l’apprentissage de toutes les capacités depuis le début. Commencer l’aventure avec un as de la grimpette dès le début et apprendre un mouvement superflu beaucoup plus tard, nous force à croire que cette initiative n’a pas été suffisamment travaillée.

L’histoire de ce Assassin’s Creed se dévoile plus facilement que pour le premier opus. La fin laisse cependant découvrir une légère inspiration de Metal Gear Solid et de Mass effect trop flagrante à mon goût. Mais certains points auraient du être retravaillés afin d’offrir encore plus de fond, et surtout plus d’intérêt ! L’intervention de personnages historiques comme Florenzo de Medicis, Leornado Da Vinci ou encore Nicolas Machiavel et le Pape Alexandre VI (Rodrigo  Borgia dans le jeu), n’ont pratiquement pas d’intérêt si ce n’est qu’enjoliver la campagne de communication afin de promouvoir le jeu. Ubisoft avait promis d’offrir plus de jeu, et faire en sorte que le joueur ne se lasse pas trop vite étant donné la répétitivité des actions du premier Assassin’s Creed. Les développeurs ont bien tenus parole, en offrant plus de quêtes secondaires, mais semble retomber dans le piège du premier épisode. Les quêtes secondaires se ressemblent tellement qu’on à l’impression de faire la même chose ! Faire une course sur les toits de Florence, livrer des lettres, rechercher des plumes cachées dans toute la cité ou assassiner des conspirateurs. Au final il s’agit de répéter des actions dans des environnements différents. Seul exception la quête qui consiste à rénover la villa des Auditore est franchement bien, mais malheureusement trop facile !
Visionner l'image
Félicitons néanmoins le travail de modélisation des villes de Florence, et de Venise qui sont simplement impressionnantes. Techniquement le jeu n’a pas énormément évolué, il s’agit presque d’un copier coller ingrat, mais étant donné la qualité technique du premier épisode cela passe très bien ! Il y a malheureusement beaucoup de raté dans ce jeu. Commençons tout d’abord par une intelligence artificielle déplorable, voire inexistante ! Il n’est pas rare de voir les ennemis statiques en plein combat rendant parfois la situation clairement ridicule. Autre point noir, la difficulté, le jeu ne propose aucun challenge ! Les différentes armes ne représente que trop peu d’intérêt tant il est facile de se débarrasser de ces assaillants. Les autres défauts sont dus à l’animation parfois trop rigide notamment lorsqu’il s’agit de nager.

Cherchant à rendre le jeu accessible à un public plus large, Assassin’s Creed II est un très bon jeu mais loin d’être le hit de l’année 2009. Dommage mille fois dommage comme le premier épisode je reste sur ma faim !

Évaluation :good:

Note technique 17/20
Fun 15/20
Intérêt 16/20
Note globale : 16/20

Sorry, the comment form is closed at this time.