Warning: Declaration of Suffusion_MM_Walker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /home/kamiloka/kamipress.kamiloka.com/wp-content/themes/suffusion/library/suffusion-walkers.php on line 0
Jan 092014
 

Console : Megadrive/Snes/Pc/Saturn/Ps1/Gba/Wii
Développeur : Shiny Entertainment
Sortie : 1995/1996/2002/2009

Après le succès phénoménal du 1er épisode, Jim revient dans ce 2ème épisode toujours aussi délirant. En effet, il n’aura fallu qu’un an pour voir sortir cette suite qui s’annonce encore une fois parfaite. En ce temps-là, oui, on pouvait se permettre de faire des jeux complètement loufoque qui n’avait aucun sens et voir ces titres faire un carton ! Et Earthworm Jim en fait partie car jouer un ver de terre qui doit protéger des vaches pour sauver sa bien aimé … C’est du grand n’importe quoi ! Seulement voila, certaines versions de ce jeu seront malheureusement le fruit d’un mauvais boulot …

Histoire

Alors que Jim chantonne avec son accordéon, la princesse What’s-Her-Name se fait encore une fois kidnapper par l’affreux Psycrow, le corbeau astronaute ! Jim, ne comprenant pas la situation, repart à l’aventure pour sauver sa bien aimer et délivrer les vaches …. ????

Durée de vie

Le jeu compte en tout 10 niveaux dont le fameux mini jeu Puppy love qui restera graver dans nos mémoires. Mais attention, pas n’importe quels niveaux car vous êtes dans Earthworm Jim et non pas dans un jeu de plate-forme basique ! Votre mission en résumer sera de survivre à des mémés, sortir d’une caverne en démolition, sauver des petits chiens (un clin d’œil du célèbre mini-jeu des Games & Watch, Pompier), survivre dans les entrailles de Jim, explosé une créature gluante, sauver des vaches, voler dans une fête foraine, lire en sauvant des souris, marcher dans de la nourriture et gagner à la course ! Autant vous dire que vous avez du pain sur la planche ! Malheureusement, comme dit plus haut, la version PC du jeu possède un défaut. En effet, le niveau de la caverne est passé à la trappe surement par manque de place vu que je le tournait sur MS-DOS … Enfin un mode de difficulté à été ajouté ainsi qu’un système de password original. En effet, vous devez trouver trois symbole dans chaque niveau pour que le password s’active. Comptez environ 1h30 pour le finir ce qui est peu.

Graphismes

Le jeu est vraiment très beau, que ce soit dans les décors comme dans le background. Chaque niveau se différencie et amène une touche sublime. De plus, certains backgrounds  changeront de couleur où de style au fur et à mesure de votre progression. Dans le niveau de la bibliothèque par exemple, le background s’animera avec émerveillement ! Seulement voila, encore une fois, dans la version PS1 & Saturn, ce second opus offrira aux joueurs, pour ce démarquer des versions SNES et megadrive, les backgrounds comme seul changement, ce qui est plutôt légé car du coup, les GFX restent identiques. Nous avons donc droit à un mélange de génération de décors entre de la 16-Bits & de la 32-Bits ! Enfin, sur la version PC, seul le dernier niveau aura droit à un background inédit des autres versions.

OST

Nous arrivons à la partie la plus sublime du jeu. Si vous vous souvenez du 1er épisode, nous avions eu droit à des musiques épatante avec même un petit clin d’oeil à la célèbre musique Une nuit sur le mont chauve de Modeste Moussorgsky. Et bien rebelote dans le 2. Les musiques sont encore une fois loufoque, amusante et apaisante et dans le niveau Villi People, si vous faite attention, vous pourrez entendre la très belle Sonate au clair de lune de Mr Ludwig Van Beethoven alors que dans le dernier niveau, ce sera Moonlight Sonata ! La classe n’est-ce pas ? Enfin, dans la version Snes, dans le niveau Puppy love, + vous avancerez dans le mini-jeu, + la musique accélérera ! Groovy ! Pour terminer sur une petite anecdote, à chaque fin de niveau, deux vaches vous diront Well Done si vous arrivez à les faire parler …

Conclusion

Earthworm Jim 2 est clairement le jeu de plate-forme le + loufoque qui aura l’avantage de plaire aux petits comme aux grands. Au total, il fut porté sur Megadrive, Snes, MS-DOS/Steam, Ps1, Saturn, Gba et sur Wii via console virtuelle ! Contrairement à Earthworm Jim 1, celui-ci n’aura pas droit à une spécial Edition ce qui est bien dommage. Earthworm Jim aura droit à un 3ème épisode sur N64 mais ça, c’est un autre test !

Évaluation

Graphismes 19/20 : Magnifiques, des backgrounds qui claquent, bref le top !
Jouabilité 18/20 : Très simple d’utilisation avec de nombreux pouvoir et armes en stock. Insertion de mode de difficulté et d’un système de password plutôt original.
Scénario 15/20 : Simple, drôle et nous troll à fond !
Bande-son 20/20 : C’est du pur bonheur d’entendre du Beethoven dans un jeu de plate-forme. C’est tellement apaisant !!!!
Durée de vie 16/20 : De nombreux niveaux jouables mais pas assez long.
Fun 20/20 : On ne peut que marrer en jouant et c’est tellement complet qu’on ne peut s’ennuyer !
Note globale : 18/20
Si vous n’avez encore jamais jouer à Earthworm Jim, il est temps de vous y mettre !
Mai 052012
 

Sortie : Novembre 2011
Plate-forme : ps3
Développeur : Naughty dog

Jamais deux sans trois. C’est avec cette grande maxime, somme toute bateau, que Naughty dog a décidé d’offrir à Nathan, Sully et les autres une dernière aventure. On ne s’attend jamais a beaucoup de subtilité avec un tel blockbuster, et une fois n’est pas coutume, Uncharted 3 sera encore affiné au hachoir. Comprenez par là que l’aventure sera un prétexte à toute sortes d’expéditions où des hordes d’ennemis suicidaires viendront vous gêner.

Si le scénario n’est pas la force de ce titre c’est surtout dans son aspect jouissif que Uncharted mise avant tout. Et comme les précédents, cet opus va droit au but sans trop creuser une intrigue pourtant captivante. On a d’ailleurs le plaisir de découvrir la jeunesse de Nath et de son compagnon Sully ce qui laissait présager de bonnes choses de ce côté là. Mais le soufflé retombe, dès que le but de la quête est fixé, on ira droit au but et tête baissée s’il vous plait.

Nath aura toujours à cœur de concurrencer Lara.

Comme toujours, le second degré, l’humour potache de Nath, les relations entre les protagonistes offrent un contexte garantissant d’emblée l’adhésion du joueur. Et si les révélations promises sont vite expédiées au souvenir, c’est avec cette ambiance bon enfant qu’il faudra compter. Bien que le scénar tombe des fois dans la gravité, la pression finit par retomber grâce à quelques boutades aussi peu subtiles que notre aventure.

Nous sommes donc là avec un titre dans la parfaite continuité des précédents volets, mais encore plus beau, encore plus riche. Les environnements qu’on traversera seront vraiment dépaysants, que ce soit le désert, le Yémen, Carthagène etc. Tout concourt à rendre le jeu réel. Dommage d’ailleurs que ces environnements ne soient pas assez exploités tellement ils sont envoutants.

L’aventure semblait pourtant tenir ses promesses…

Côté gameplay, le jeu revoit le système de visée et le mode de combat apprend de Batman. Le jeu est largement plus intuitif et vif, nombreux seront les joueurs à préférer le bon coup de poing à l’arme à feu. Foncer dans le tas pour assommer vos adversaires ne sera plus à la portée des plus acharnés. On peut donc plus facilement élaborer des techniques sans être pris au dépourvu à cause d’une réalisation brouillonne. Nath se coincera encore ici ou là, mais de façon moins systématique. Le choix de vos armes définira vos stratégies de combats et différenciera plus les joueurs entre eux. Un même combat pourra se faire de différentes manières. Chaque arme a sa spécificité, les mitraillettes ne sont plus des pétards interchangeables, ni même les fusils. On gagne donc dans le côté tactique. Dommage que l’infiltration pourtant initiée dans le second opus n’est pas été revue ici. Car il vous sera difficile de progresser en ne faisant que passer derrière vos ennemis.  On ne sait des fois pas comment, mais ils nous repèrent dès le premier coup tiré : il est impossible de se cacher, même à 100 mètres. Il reste encore un long chemin au titre de Naughty Dog pour parvenir au rang des jeux techniques, dommage.

Le vrai visage de Nath : un mercenaire travaillant à son compte.

Quelques mots sur le mode en ligne franchement sympathique. Entre les arènes de survie, les chasses au trésor, ou les modes d’aventure, le choix est grand pour contenter tout le monde. Bien plus fourni que ME3 ou même Dead Space 2, Uncharted 3 offre un mode en ligne vraiment sympa !

Évaluation

Graphismes 19/20 Sincèrement éblouissants !
Jouabilité 17/20 De ce coté, uncharted s’améliore.
Scénario 15/20 Une aventure prometteuse qui retombe comme un soufflé.
Bande-son 17/20 Très bonne, bien que somme toute classique.
Durée de vie 17/20 Normale
Fun 18/20 On prend son pied, et c’est le principal.
Note globale : 17/20
Un jeu immersif et sanguin qui progresse avec ses gros sabots.